WE ARE YOUNG fabricecilpa.com
WE ARE YOUNG
Cette série à été faite à Nice non très loin du port en ce début de septembre 2017. Longeant le bord de mer, je recherchais un sujet qui me permettrait de développer une série d'une dizaine de photos au moins. La promenade des anglais, la baie des anges et le vieux Nice ne m'ont au préalable guère inspiré, sachant qu'un grand nombre de photographes avait déjà travaillé, et bien travaillé, ces décors-là. Je ne me sentais donc pas en mesure d'apporter un regard neuf sur ces endroits de la ville. Et ce, malgré la beauté des innombrables palmiers, du mouvement incessant des badauds qui offre indubitablement un éventail de belles compositions et l'architecture très riche et colorée de la ville. Par conséquent, la recherche d'une scène plus singulière est vite devenue mon objectif. Quand par chance, je suis tombé sur ce groupe de jeunes ados qui s'amusaient à sauter d'un rocher en hauteur. Tout y était : le décor, les acteurs, le rythme, l'histoire. Cette découverte s'est d'abord faite en surplomb, ce qui m'a permis de faire les premières photos de la série en plan large. Le double avantage de ce point de vue a été d'une part le panorama idéal pour débuter cette série tant la beauté du cadre s'y prêtait. Et d'autre part, ce surplomb m'a permis de planter le décor, de contextualiser, ce qui allait suivre avec les photos suivantes. Après donc quelques clichés d'introduction, je suis ensuite descendu au niveaux des protagonistes afin de capter l'atmosphère de ce qui se jouait au plus près des sujets : l'insouciance, la liesse, la spontanéité d'une bande d'adolescents dans toute sa quintessence.

D'un point de vue esthétique, les couleurs étaient très belles entre le bleu du ciel et de la mer qui se répondaient et les diverses couleurs des maillots de bain portés par les jeunes gens. Laisser donc les clichés en couleur était très tentant. Surtout que la couleur est en général l'option principale dans mon travail photographique. Mais en même temps, j'ai vite vu aussi ce que le noir et blanc pouvait apporter aux images. De l'intemporalité, de la nostalgie et surtout plus d'intensité. Très sensible aussi au cinéma italien des années 50/60, que ce soit Pasolini, Zurlini ou encore Rossellini entre autres, j'y ai vu dans cette scène, à ce moment précis, des similitudes en terme d'ambiance que le noir et blanc mettrait en relief et que je ne pouvais pas occulter. Puis pour couronner le tout, la photo numéro 5 (photo de couverture) était tellement puissante et belle en noir et blanc, que le rendu de cette dernière m'a définitivement décidé à me positionner sur le choix du noir et blanc pour l'intégralité des photos. C'est donc ainsi qu'est né cette série, de 12 images au total, intitulée "We are young".
Top